Jour 1

Départ pour la Roumanie


Tout commence donc vendredi 1er mai. Nous sommes quatre au départ : Micka, Sofiane, Guillaume et Ferréol. Nous devons rejoindre l’aéroport de Beauvais pour un décollage de l’avion vers 18h30.

10h37 nous partons en train de Bourges. Arrivée à Paris à 12h30. Comme Beauvais n’est pas à coté de Paris et que nous sommes le premier mai, Sofiane a demandé à un ami, Mangouste, de venir nous récupérer en voiture  et de nous emmener à l’aéroport de Beauvais. Nous arrivons à 15h à l’aéroport.

Nous décidons alors de prendre un verre à la terrasse d’un café. Nous prenons une première tournée de bières puis nous sommes rejoints par Lucie, la copine de Micka. Deuxième puis troisième tournée (il faut bien passer le temps !). Sofiane se renseigne alors pour une location de véhicule à notre arrivée à Bucarest : pas de solution dans l’immédiat. Mangouste et Lucie nous quittent.

Get the Flash Player to see this player. Get the Flash Player to see this player. Get the Flash Player to see this player. Get the Flash Player to see this player. Get the Flash Player to see this player.

Nous partons à l’enregistrement.

Première galère : il faut payer 7€ pour chaque bagage en soute (c’était écrit en tout petit et en roumain sur les billets d’avion ! Merci Blue Air).

Deuxième galère : Micka n’a pas sa carte d’identité à jour. Il n’a pas d’autre pièce d’identité sur lui et ne peut donc pas embarquer. Ça nous a jeté un froid. Résigné, micka rappelle Lucie pour qu’elle vienne le chercher.

Get the Flash Player to see this player.

Troisième galère : nous nous rendons au guichet pour payer les bagages et la compagnie ne prend que du liquide. Heureusement Ferréol en a un peu sur lui.


Quatrième galère : Micka s’en va et se rend compte que ses clés d’appartement se trouvent chez Sofiane. Il revient alors les récupérer tout juste avant notre embarquement.

Cinquième galère : comme les bagages en soutes sont payants, nous décidons de scinder le sac de Ferréol en deux bagages à main (gratuit). Nous passons alors la douane, mais nous avons oublié de retirer deux couteaux de Ferréol : un « tatout » (couteau militaire à grande lame) et un opinel. On a failli finir au poste mais après négociation, les couteaux sont confisqués.

Sixième galère : Ferréol part en direction de l’avion et oublie sa veste, son ticket d’embarquement et sa carte d’identité.

On embarque enfin ; on décolle et là on se rend compte que le guide du routard qu’on avait acheté est resté dans le sac de Micka. Heureusement, il nous reste la tente, les duvets et peut-être Êve. On n’est pas encore en Roumanie et c’est déjà la misère ! Combien en restera-t-il ?

Le voyage en avion se passe bien, les hôtesses sont canon ! Après deux heures de vol nous atterrissons à l’aéroport de Baneasa – Bucarest. En débarquant de l’avion nous faisons connaissance avec Bogdane, un roumain qui vit à Paris. Il vient passer quelques temps à Bucarest. A nôtre arrivée, nous voyons Êve qui est venue nous chercher. Mais nous décidons de lui faire faux-bon et de partir avec Bogdane qui nous a proposé son aide. Nous prenons alors un taxi qui nous emmène chez Bogdane (un appartement dans Bucarest où ses parents vivent). Bogdane parle bien le Français et nous explique la vie en Roumanie, les coutumes locales. Arrivés chez lui, il est plus de 23h00. Il décide d’appeler des amis à lui : Adrian, Ralouca et Irina trois jeunes Roumains. Nous buvons un coup et mangeons : Ratafia, foie gras, fromage de chèvre et Tsuika (l’eau de vie locale). Nous décidons alors de sortir en boite. Les filles nous quittent. Nous nous changeons et Bogdane nous emmène dans une boite le « TWICE » avec sa Mercedes. Comme nous n’avons pas de monnaie locale, nous nous faisons rincer toute la soirée à coup de bouteilles de Whisky. La boite est très sympa, avec danseuses en string sur les bars. Nous rentrons vers 5h30 après un passage dans un bar. Nous nous couchons enfin.

Get the Flash Player to see this player. Get the Flash Player to see this player. Get the Flash Player to see this player.

Tout ça alors que nous avons posé la pied en Roumanie il y a à peine six heures !